Exégèse de la sourate 1 : Le prologue | Islamopédie
Accueil > Coran > Exégèse

1 : Prologue

2 : La vache

3 : La famille d'Imran

4 : Les femmes

5 : La table servie

6 : Les bestiaux

7 : Al-A'raf

8 : Le butin

9 : Le repentir

10 : Jonas

11 : Houd

12 : Joseph

13 : Le tonnerre

14 : Abraham

15 : Al-Hijr

16 : Les abeilles

17 : Le voyage nocturne

18 : La caverne

19 : Marie

20 : Tâ-Hâ

21 : Les Prophètes

22 : Le pèlerinage

23 : Les croyants

24 : La lumière

25 : Le discernement

26 : Les poètes

27 : Les fourmis

28 : Le récit

29 : L'araignée

30 : Les romains

31 : Louqman

32 : La prosternation

33 : Les coalisés

34 : Saba

35 : Le Créateur

36 : Ya-Sin

37 : Les rangées

38 : Sad

39 : Les groupes

40 : Le Pardonneur

41 : Les versets détaillés

42 : La consultation

43 : L'ornement

44 : La fumée

45 : L'agenouillée

46 : Al-Ahqaf

47 : Mouhammad

48 : La victoire éclatante

49 : Les appartements

50 : Qaf

51 : Qui éparpillent

52 : At-Tour

53 : L'étoile

54 : La lune

55 : Le Tout Miséricordieux

56 : L'événement

57 : Le fer

58 : La discussion

59 : L'exode

60 : L'éprouvée

61 : Le rang

62 : Le vendredi

63 : Les hypocrites

64 : La grande perte

65 : Le divorce

66 : L'interdiction

67 : La royauté

68 : La plume

69 : Celle qui montre la vérité

70 : Les voies d'ascension

71 : Noé

72 : Les djinns

73 : L'enveloppé

74 : Le revêtu d'un manteau

75 : La Résurrection

76 : L'homme

77 : Les envoyés

78 : La nouvelle

79 : Les anges qui arrachent les âmes

80 : Il s'est renfrogné

81 : L'obscurcissement

82 : La rupture

83 : Les fraudeurs

84 : La déchirure

85 : Les constellations

86 : L'astre nocturne

87 : Le Très-Haut

88 : L'enveloppante

89 : L'aube

90 : La cité

91 : Le soleil

92 : La nuit

93 : Le jour montant

94 : L'ouverture

95 : Le figuier

96 : L'adhérence

97 : La destinée

98 : La preuve

99 : La secousse

100 : Les coursiers

101 : Le fracas

102 : La course aux richesses

103 : Le temps

104 : Les calomniateurs

105 : L'éléphant

106 : Les qouraychites

107 : L'ustensile

108 : L'abondance

109 : Les infidèles

110 : Les secours

111 : Les fibres

112 : Le monothéisme pur

113 : L'aube naissante

114 : Les hommes
Télévisions Radios Accueil Bibliothèque Vidéothèque

Exégèse de la sourate 1 : Le prologue
( Accueil > Coran > Exégèse)

Exégèse de la sourate 1 : Le prologue

Les autres noms de cette sourate

Selon Abou Hourayra (que Dieu l'agrée), le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit, à propos de cette sourate : "Elle est la Mère du Livre; elle est les Sept répétés; elle est le Coran sublime".

Selon Al-Boukhâri, elle est appelée la Mère du Coran, grâce à son écriture au début de la transcription du Coran et à sa récitation au début des prières.

Les mérites de cette sourate

Dieu (le Très-Haut) a dit : {Nous t'avons certes donné "les sept versets que l'on répète", ainsi que le Coran sublime.} (15/87)

Abou Sa'îd Rafi' Ibn Al-Mou'alla a rapporté que le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) lui a dit : "Ne t'enseignerais-je pas la plus sublime sourate du Coran avant que tu sortes de la mosquée" ?
Il me prit par la main et lorsque nous fûmes sur le point de sortir, je lui demandais : "Ô Messager de Dieu, tu m'as dit que tu m'enseignerais la plus sublime des sourates du Coran" ?
Il me répondit : "Louange à Dieu. Seigneur de l'Univers [Sourate Al-Fatiha (L'ouverture)]. Cette sourate est (dénommée) les sept versets répétés et elle est la lecture sublime que j'ai reçue". (Al-Boukhâri)

Selon Abou Hourayra (que Dieu l'agrée), le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Dieu (le Très-Haut) a dit : "J'ai partagé la prière entre Moi et Mon serviteur en 2, et Mon serviteur aura ce qu'il demande". Quand il dit : {Louange à Dieu, Seigneur de l'univers.}, Dieu le Très-Haut dit : "Mon serviteur M'a loué". Quand il dit : {Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux}, Dieu le Très-Haut dit : "Mon serviteur a évoqué Mon éloge". Quand il dit : {Maître du Jour de la rétribution.}, Dieu le Très-Haut dit : "Mon serviteur M'a glorifié et M'a confié une affaire". Quand il dit : {C'est Toi [Seul] que nous adorons, et c'est Toi [Seul] dont nous implorons secours.}, Dieu le Très-Haut dit : "Ceci est entre Moi et Mon serviteur, et Mon serviteur aura ce qu'il demande". Quand il dit : {Guide-nous dans le droit chemin, le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés.}, Dieu le Très-Haut dit : "Cela est pour Mon serviteur, et Mon serviteur aura ce qu'il demande"". (Mouslim, Mâlik, Abou 'Awâna)

Selon Ubay b. Ka'b, l'Envoyé (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Dieu n'a pas fait descendre dans la Torah et dans l'Evangile d'équivalent à la Mère du Livre"

Abu Sa'id al-Khoudri a dit : Lors d'un déplacement, quand nous nous sommes arrêtés, une servante est arrivée et a dit : "Le seigneur de la tribu souffre d'une morsure et nos hommes sont absents ! Y a-t-il parmi vous un exorciste ?"
Alors, un homme l'a ccompagnée ? Un homme que nous ne soupçonnions pas de guérison. Il a exorcisé le mal, rétablissant ainsi le seigneur. Celui-ci ordonna trente brebis au profit de notre compagnon et nous abreuva de lait. Et, lorsque nous nous sommes retirés, nous lui avons dit : "Est-ce que tu savais t'y prendre ou est-ce que tu étais en train d'exorciser ?
- Que non a-t-il dit, je n'ai fait qu'exorciser par la Mère du Livre."
Nous nous sommes alors dit : "N'inventez rien jusqu'à ce que nous interrogions (là- dessus) l'Envoyé de Dieu."
A notre retour à Médine, nous en avons fait le récit au Prophète et il a alors dit : "Et qu'est-ce qui lui fait croire qu'elle est une guérison ? Faites-en la répartition et laissez-moi une part".

Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Dieu le Très-Haut n'a pas descendu, ni dans la Torah, ni dans l'Évangile, une sourate comme la mère du Coran, elle est les 7 versets répétés [et le Coran sublime que j'ai reçu]". (An-Nasâi, Al-Hâkim qui dit authentique, le confirme Adh-Dhahabi)

Ibn 'Abbas (رضي الله عنهما) a rapporté : "Pendant que Jibrîl était assis en compagnie du Prophète, il entendit un son au-dessus de lui. Il leva alors la tête et déclara : "Voici une porte du ciel qui a été ouverte aujourd'hui et qui n'avait jamais été ouverte avant ce jour". Puis un Ange en descendit et Jibrîl fit ce commentaire : "Voilà un Ange qui vient de descendre sur terre; il n'y est jamais descendu avant ce jour". L'Ange salua et dit au Prophète : "Réjouis-toi car tu as reçu deux lumières qu'aucun prophète avant toi n'avait reçues : "Al-Fâtiha" (L'ouverture du Livre) et les derniers versets de la sourate "Al-Baqara" (La vache). Tu ne liras pas une seule lettre de l'une de ces deux parties du Coran sans être exaucé". (Mouslim)

Les circonstances de la révélation de cette sourate

Ibn 'Abbàs (رضي الله عنهما) rapporte : "Alors que l'Ange Gabriel (sur lui la paix) était assis auprès du Prophète (صلى الله عليه وسلم), voilà qu'il entendit un bruit venant d'en haut. Il leva la tête et dit : "C'est une porte du ciel qui vient de s'ouvrir aujourd'hui et jamais elle ne s'est ouverte avant ce jour". A travers cette porte descendit un Ange et Gabriel dit : "Voilà un Ange qui vient de descendre sur terre et il n'y est jamais descendu avant ce jour". L'Ange les salua et dit à Mohammad (صلى الله عليه وسلم) : Félicite-toi de deux lumières que Dieu t'a données et qu'il n'a données à aucun prophète avant toi. Ce sont : Le Prélude du Livre [Al-Fâtiha] et les deux derniers versets de la sourate "la Vache" [Al-Baqara]. Tu ne liras pas une seule lettre de ces versets sans obtenir aussitôt les bonnes choses qui y sont demandées à Dieu pour les Croyants". (Mouslim)

1. Au nom de Dieu le Miséricordieux, le Très Miséricordieux

    Ibn 'Abbas (رضي الله عنهما) a dit que l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) ne savait séparer entre les sourates que lorsqu'on lui révéla la "Basmala" : Au nom de Dieu le Miséricordieux le Très Miséricordieux.

2. Louange à Dieu, le Seigneur des mondes

    Ibn Jarir a dit : "Louange à Dieu" est une reconnaissance envers Dieu seul en dehors de toutes Ses créatures car Il est digne de cette louange pour ce qu'Il a accordé à Ses serviteurs comme bienfaits que nul ne peut les dénombrer, et pour la création de l'homme de sorte qu'il puisse user de tous ses membres et accomplir tous les devoirs qui lui ont été imposés. Dieu avait dispensé largement Ses dons à Ses serviteurs dans le bas monde afin d'être reconnaissants envers Lui, et pour cela Il leur ordonnait de Le remercier en disant : "Louange à Dieu", à savoir que ce terme signifie aussi un éloge dont le Seigneur s'en est loué Lui-même.

    L'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "La meilleure mention de Dieu consiste à dire : "Il n'y a d'autre divinité que Dieu", la meilleure invocation est : "Louange à Dieu"." (At-Tirmidhi)

    Il a dit aussi : "Lorsque le serviteur reçoit un bienfait de Dieu et dit : "Louange à Dieu", ce qu'il donne est meilleur que ce qu'il a prit". (Ibn Mâja)

    Ibn Omar a rapporté que l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Un homme a dit : "Seigneur, à Toi la louange comme il sied à la majesté de Ta Face et à la grandeur de Ton pouvoir". Les deux anges - qui accompagnent toujours l'homme et qui inscrivent ses bonnes et mauvaises actions " trouvèrent une difficulté dans son inscription. Ils montèrent au ciel et dirent : "Seigneur, un de Tes serviteurs a proféré des mots et nous ne savons pas comment nous devons les inscrire". Dieu leur demanda : "Qu'a dit Mon serviteur?" Ils répondirent : "Il a dit : "Seigneur, à Toi la louange comme il sied à la majesté de Ta Face et d la grandeur de Ton pouvoir". Dieu répliqua : "Inscrivez-les comme tels jusqu'à ce qu'il me rencontre pour le récompenser"." (Ibn Mâja)

    Al-Farra' et Abou Oubaid ont dit : "Le mot "monde" se rapporte à toutes les créatures qui sont douées d'intelligence telles : les humains, les génies, les anges et les démons".

    Al-Zajjaj avait une opinion contraire et dit : "Elle renferme tout ce que Dieu a créé dans ce bas monde et dans la vie future".

    Al-Qourtoubi était de l'avis de ce dernier et dit : "Le mot "mondes" englobe tout ce qui se trouve dans les deux mondes, car Dieu (le Très-Haut) a dit : {"Et qu'est-ce que le Seigneur de l'univers?" dit Pharaon. "Le Seigneur des cieux et de la terre et de ce qui existe entre eux, dit [Moïse], si seulement vous pouviez en être convaincus!" } (26/23-24)

3.  Le Miséricordieux, Celui qui fait miséricorde

    Al-Qourtoubi a dit : "Dieu s'est qualifié de ces deux attributs après : "Le Seigneur des mondes pour joindre l'exhortation à la crainte, et il tira argument de ce verset : {Informe Mes serviteurs que c'est Moi le Pardonneur, le Très Miséricordieux. Et que Mon châtiment est certes le châtiment douloureux.} (15/49-50) et ce verset : {Ton Seigneur est prompt dans Son châtiment, Il est aussi celui qui pardonne, Il est miséricordieux}.

    Il a dit : {Il est Miséricordieux envers les croyants.} (33/43)

    Ibn Jarir a dit : Le Miséricordieux (Al-Rahman) envers toutes ses créatures, et qui fait miséricordes (Al-Rahim) ne concerne que les croyants.

4. Maître du Jour de la rétribution

    L'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Dieu saisira la terre et pliera les cieux de Sa main, puis Il dira : "Je suis le Souverain, ou sont donc les rois de la terre ? Où sont les tyrans? Où sont les orgueilleux?"". (Al-Boukhâri et Mouslim)

    Ibn Abbas a dit : "Le jour de la rétribution est le jour de compte final où toutes les créatures seront jugées selon leurs œuvres qu'elles avaient commises, si elles étaient bonnes, elles seront récompensées, si elles étaient mauvaises, elles seront châtiées à moins que Dieu ne les pardonne".

5. C'est Toi [Seul] que nous adorons, et c'est Toi [Seul] dont nous implorons secours

    Muzahim Ibn Zafar a rapporté : "Soufyan Ath-Thawri nous dirigeait dans la prière du Maghrib et quand il lut {C'est Toi Seul) que nous adorons et Toi (Seul) dont nous demandons l'aide} (1/5), il a commencé à pleurer au point d'interrompre sa récitation. Il recommença donc de nouveau".

6. Guide-nous dans le droit chemin

    An-Nawas Ibn Sam'an a rapporté que l'Envoyé de Dieu (le Très-Haut) a dit : "Dieu donne la parabole d'un chemin droit, tout au long de ses bords se trouvent deux murailles munies des portes ouvertes mais couvertes par des rideaux. Sur ce chemin, un homme se tient et s'écrie : "hommes! Empruntez ce chemin sans se dévier". Un autre crieur au-dessus de ce chemin, quand un homme essaie d'ouvrir l'une de ces portes, le met en garde en lui disant : "Malheur à toi. Ne l'ouvre pas. Si tu l'ouvres, tu dois y accéder". Or ce chemin n'est que l'Islam, les deux murailles sont les limites de Dieu, les portes Ses interdictions, la personne sur le chemin est le livre de Dieu et le crieur d'en haut, le sermonneur de Dieu qui se trouve dans le cœur de chaque musulman". (Ahmad)

    D'après Ibn Abbas, Le chemin droit est la religion de Dieu qui ne renferme aucune tortuosité.

    D'après Ibn Al-Hanafia : il est la religion de Dieu et aucune autre ne serait acceptée.

    Moujâhid a dit : "Le chemin droit est la vérité".

    Ibn Jarir dit : "Le chemin droit est celui dont Dieu a agréé à Son serviteur qui s'y tient ferme après avoir reçu Ses bienfaits et qui les traduit en actes et paroles, qui sera parmi de ceux que Dieu a comblé de bienfaits, avec les Prophètes, les justes, les témoins et les saints, en le dirigeant vers l'islam."

7. le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés

    le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs

    Dieu (le Très-Haut) a dit : {Quiconque obéit à Dieu et au Messager... ceux-là seront avec ceux que Dieu a comblés de Ses bienfaits : les prophètes, les véridiques, les martyrs, et les vertueux. Et quels compagnons que ceux-là!} (4/69)

    non pas de ceux qui ont encouru Ta colère

    Dieu (le Très-Haut) a dit : {Celui que Dieu a maudit, celui qui a encouru Sa colère, et ceux dont Il a fait des singes, des porcs} (5/60)

    'Adi Bin Hatim a dit : "J'ai demandé à l'Envoyé de Dieu au sujet de ceux qui sont désignés par ce verset : {Non le chemin de ceux qui ont encouru Ta colère}, il me répondit : "Ce sont les juifs, quant aux égarés ce sont les chrétiens""

    ni des égarés

    Dieu (le Très-Haut) a dit : {des gens qui se sont égarés avant cela, qui ont égaré beaucoup de monde et qui se sont égarés du chemin droit.} (5/77)

    Abou Hourayra a rapporté : Quand l'Envoyé de Dieu finissait la récitation de ce verset : {non le chemin de ceux qui ont encouru Ta colère, non le chemin des égarés}, il disait : "amine" de sorte qu'il fasse entendre ceux qui se trouvent derrière lui.




Mots clés


mouslim al jouhani abou hourayra ibn taymiya taghout
Coran chouraym houdhayfi boukhari khawarij

mouawiya audient radio zamzam anas ibn malik

soudays chanqiti imsak tamud al hajjaj

tachahoud direction priere tafsir priere du besoin

talbis iblis ibn achir al housari exegese